Niger : importantes surfacturations dans des achats d'équipements pour l'armée

Un audit demandé par le président nigérien Mahamadou Issoufou révèle des surfacturations ainsi que des livraisons non-effectuées dans des achats d'équipements pour l'armée, qui combat depuis 2015 les jihadistes dans le sud-est et l'ouest du pays, indique jeudi un communiqué du gouvernement.

Cet audit a relevé "des insuffisances dans les procédures de passation des marchés" ainsi que "dans le suivi de leur exécution", souligne un communiqué lu à la radio publique par le porte-parole du gouvernement, Zakaria Abdourahamane.

"Le gouvernement a décidé de faire rembourser les montants indûment perçus, soit en raison de surfacturation, soit au titre de paiement de services et livraisons non effectuées ou partiellement effectuées", affirme le texte qui ne précise pas les montants concernés, ni les personnalités mises en cause.

Il a également décidé de "transmettre aux tribunaux compétents les dossiers des fournisseurs qui refuseraient de s'exécuter" et "de prendre les sanctions administratives appropriées à l'endroit des agents publics incriminés".

L'audit a été mené sous la supervision du ministre de la Défense Issoufou Katambé, un proche du chef de l'Etat, nommé à ce poste en septembre 2019. Dès sa prise de service, M. Katambé avait entrepris une tournée d'inspection de plusieurs positions de l'armée, notamment sur les front sud-est, proche du Niger, et ouest, frontalier du Mali et du Burkina.

L'audit a porté sur "la dilapidation" de milliards de FCFA (millions d'euros) "destinés à l’armement et à l’équipement des forces armées nigériennes", impliquant des hommes d'affaires et des responsables gouvernementaux, selon des journaux privés nigériens. Des investigations ont été menées en Russie, en Israël et en Chine et portent sur des achats "de munitions et matériels défectueux" , d'après les journaux.

Entre décembre 2019 et janvier 2020, près de 200 soldats nigériens ont été tués dans des attaques revendiquées par l'Etat islamique (EI) dans la région de Tillabéri, vaste région instable de près de 100.000 km2, riveraine de la zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali).

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane. Selon l'ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

Coronavirus : en Californie, u...

Face à la recrudescence attendue des cas de coronavirus, le comté de Riverside - à l'est de Los Angeles - a transformé un bâtiment de son centre des c...

Des Vénézuéliens défient virus...

Les Vénézuéliens continuent de prendre des risques et de traverser illégalement la Colombie en empruntant des routes secondaires dangereuses, ignorant...